Search
Member area

Securing adequate pensions for all: The challenge of upholding the right to decent, adequate and secure pensions/ Garantir des pensions adéquates pour tous: le défi de faire respecter le droit à des pensions de retraite décentes, adéquates et sûres

27 November 2019

EN

(FR CI-DESSOUS)

As governments gathered in Paris to discuss challenges and opportunities related to ageing societies at the 2019 OECD Global Strategy Group meeting, the OECD presented its 2019 Pensions at a Glance report.[i] The new OECD report presents an important wake-up call for governments urging them to address the challenge of ensuring an adequate income in retirement for non-standard workers.

According to the new OECD report, non-standard employment, such as self-employment, temporary or part-time work, accounts for more than one-third of employment across OECD countries.[ii] Furthermore, the report adds a gender and age perspective noting that part-time work is three times more frequent among women than among men and self-employment is particularly common among older workers. The report concludes by the urging governments to reform their pension systems to ensure that the growing share of workers in temporary or part-time employment can contribute enough during their working lives to receive an adequate income in retirement. The report stresses the importance of personal pension plans not discriminating between different types of workers. Whereas governments should focus on creating more inclusive and harmonised pensions for all, rather than a radical shift in designing and financing pensions. In other words, prevent exclusion from plan participation for workers in non-standard forms of work and ending discriminatory access to occupational pension plans amongst other.

During the discussions at the GSG meeting, the TUAC agreed with the report´s conclusions that governments should focus on creating more inclusive and harmonised pensions for all. However, the report misses the important point that challenges relating pension adequacy and especially to non-standard workers should be considered in a broader labour market perspective. For trade unions, the report is another stark reminder of the challenges associated with working as a non-standard worker.

The OECD report rightly highlights the challenges faced by non-standard workers. Unfortunately, it fails to recognize that these challenges can only be addressed using a broader labour market approach. Even the most well designed pension system will not deliver a successful outcome if the economy and the structure of our labour markets does not follow suit. Low wage growth, less stable employment careers and insufficient regulation or insufficient collective bargaining leads to low pension coverage among some groups of workers – including non-standard workers. As TUAC Vice President Marc Leemans noted at the GSG meeting, “the discussions on pensions and retirement is comparable to running a race, where we have fixed the same finish line for all (retirement age) but we fail to acknowledge that not all start at the same starting line. People don´t have same the life expectancy, the same career path. Averages are averages.”

For trade unions, pension and wage negotiations are linked together and collective bargaining and especially sectoral agreements remain useful means to ensure decent pensions. A robust pension system should be based on fair risk-sharing between workers, employers, and government and it should be predictable and deliver pension benefits above poverty or low income lines.

Interestingly, the report also concludes that reforms in OECD countries have slowed since the large wave of reforms following the economic and financial crisis and several measures legislated between September 2017 and September 2019 have even rolled back previous reforms which had aimed at improving the financial sustainability of the pension system. This is most welcome after decades of pension reforms aiming at reducing employers and state’s exposure to pension financial risks which have left many workers and their families fearing of the adequacy of their pension plans.

Moving forward, it is useful to recall another recent OECD report[iii] that concludes that increasing the coverage of collective bargaining systems including through the administrative extension of sectoral agreements, will help to achieve a broad sharing of productivity gains. When considering pensions, this should then provide an incentive for promoting the coverage of collective bargaining systems, either through social partner organisations with a broad membership base or, in the absence of such, through administrative extension of sectoral agreements.

Certainty that you can retire after a long work-life and still maintain a decent income is pivotal for workers. However, decades of pension reforms and the growth in non-standard work have left many workers and their families fearing of the adequacy of their pension plans. That some countries are now reevaluating these reforms are welcome. At the GSG meeting, the TUAC reiterated workers´ concerns and urged governments to pursue a pension system that ensures universal coverage and ensures decent, adequate and secure pensions for all.

 

 

For more information:

– Find the 2019 OECD Pension at a Glance here

– Find the TUAC statement for the Global Strategy Group here.

 

 

[i] OECD, 2019; Pensions at a Glance; https://www.oecd.org/pensions/countries-should-strengthen-pension-systems-to-adapt-to-changing-world-of-work.htm

[ii] OECD, 2019; Pensions at a Glance; https://www.oecd.org/pensions/countries-should-strengthen-pension-systems-to-adapt-to-changing-world-of-work.htm

[iii] OECD, 2019; Negotiating our way up; http://www.oecd.org/employment/negotiating-our-way-up-1fd2da34-en.htm

FR

Alors que les gouvernements se réunissaient à Paris pour débattre des défis et des opportunités liés au vieillissement de la société lors de la réunion du Groupe de la stratégie globale de l’OCDE 2019, l’OCDE a présenté son rapport intitulé Coup d’œil sur les retraites pour 2019. [i] Le nouveau rapport de l’OCDE constitue un important sonnette d’alarme pour les gouvernements, les exhortant à relever le défi consistant à assurer un revenu de retraite adéquat aux travailleurs atypiques.

Selon le nouveau rapport de l’OCDE, l’emploi non standard, tel que le travail indépendant, temporaire ou à temps partiel, représente plus du tiers des emplois dans les pays de l’OCDE [ii]. Le rapport ajoute en outre le sexe et l’âge, soulignant que le travail à temps partiel est trois fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes et que le travail indépendant est particulièrement répandu chez les travailleurs âgés. Le rapport conclut en exhortant les gouvernements à réformer leurs systèmes de retraite pour faire en sorte que la proportion croissante de travailleurs occupant un emploi temporaire ou à temps partiel puisse contribuer suffisamment au cours de leur vie professionnelle pour percevoir un revenu suffisant à la retraite. Le rapport souligne l’importance des régimes de retraite personnels ne faisant pas de distinction entre les différents types de travailleurs. Les gouvernements devraient s’attacher à créer des pensions plus inclusives et harmonisées pour tous, plutôt qu’un changement radical dans la conception et le financement des pensions. En d’autres termes, évitez l’exclusion des travailleurs de formes non standardisées de la participation aux régimes et mettez fin  à l’accès discriminatoire aux régimes de retraite professionnels.

Au cours des discussions, le TUAC a souscrit aux conclusions du rapport selon lesquelles les gouvernements devraient se concentrer sur la création de pensions plus inclusives et harmonisées pour tous. Cependant, le rapport passe à côté de l’important: il convient de considérer les problèmes liés aux retraites, en particulier pour les travailleurs atypiques, dans une perspective plus large du marché du travail. Pour les syndicats, ce rapport est un autre rappel brutal des défis associés au travail atypique.

Le rapport de l’OCDE souligne à juste titre les défis auxquels sont confrontés les travailleurs atypiques. Malheureusement, il ne reconnaît pas que ces défis ne peuvent être résolus que par une approche plus large du marché du travail. Même le système de retraite le mieux conçu ne donnera pas de résultats positifs si l’économie et la structure de nos marchés du travail ne suivent pas. Une faible croissance des salaires, des carrières moins stables et une réglementation ou des négociations collectives insuffisantes conduisent à une faible couverture des retraites parmi certains groupes de travailleurs, y compris les travailleurs non standard. Comme l’a souligné Marc Leemans, vice-président de TUAC, lors de la réunion, «les discussions sur les retraites  sont comparables à une course, où nous avons fixé la même ligne d’arrivée pour tous (âge de la retraite), mais nous ne reconnaissons pas que tous ne commencent pas à la même ligne de départ. Les gens n’ont pas la même espérance de vie, le même cheminement de carrière. Les moyennes sont des moyennes”.

Pour les syndicats, les négociations sur les retraites et les salaires sont étroitement liées et la négociation collective, en particulier les accords sectoriels, reste un moyen utile de garantir des pensions décentes. Un système de retraite solide devrait être basé sur un partage juste des risques entre travailleurs, employeurs et gouvernement, et devrait être prévisible et permettre des prestations de retraite supérieures à la pauvreté ou au seuil de faible revenu.

Fait intéressant, le rapport conclut également que les réformes dans les pays de l’OCDE ont ralenti depuis la grande vague de réformes consécutive à la crise économique et financière et que plusieurs mesures adoptées entre septembre 2017 et septembre 2019 ont même annulé les réformes antérieures visant à améliorer la viabilité financière des systèmes de retraite. Cela est particulièrement bienvenu après des décennies de réformes visant à réduire l’exposition des employeurs et des États aux risques financiers des retraites, qui ont laissé de nombreux travailleurs et leurs familles craindre que leurs régimes de retraite ne soient pas suffisants.

Il est utile de rappeler un autre rapport récent de l’OCDE [iii] concluant qu’élargir la couverture des systèmes de négociation collective, notamment par l’extension administrative d’accords sectoriels, contribuerait à un large partage des gains de productivité. Lorsqu’on envisage les retraites, cela devrait alors inciter à promouvoir la couverture des systèmes de négociation collective, soit par l’intermédiaire des organisations de partenaires sociaux comptant un grand nombre de membres, soit, à défaut, par une extension administrative des accords sectoriels.

La certitude que vous pouvez prendre votre retraite après une longue vie professionnelle tout en maintenant un revenu décent est essentielle pour les travailleurs. Cependant, des décennies de réformes des retraites et la croissance du travail atypique ont laissé beaucoup de travailleurs et de leurs familles craindre le caractère adéquat de leurs régimes de retraite. Le fait que certains pays réévaluent maintenant ces réformes est le bienvenu. Lors de la réunion, le TUAC a réitéré les préoccupations des travailleurs et a exhorté les gouvernements à mettre en place un système de retraite assurant une couverture universelle et des pensions décentes, adéquates et sûres pour tous.

Pour plus d’informations:

– Retrouvez le Panorama des pensions de l’OCDE 2019 ici

– Retrouvez la déclaration TUAC du Global Strategy Group ici.

i] OECD, 2019; Pensions at a Glance; https://www.oecd.org/pensions/countries-should-strengthen-pension-systems-to-adapt-to-changing-world-of-work.htm

[ii] OECD, 2019; Pensions at a Glance; https://www.oecd.org/pensions/countries-should-strengthen-pension-systems-to-adapt-to-changing-world-of-work.htm

[iii] OECD, 2019; Negotiating our way up; http://www.oecd.org/employment/negotiating-our-way-up-1fd2da34-en.htm